c2e

La rénovation de l'habitation : priorité aux combles et à l'extérieur

Que votre budget soit petit ou grand, le coût d'une rénovation à domicile peut rapidement devenir incontrôlable ! Il est donc important de connaître toutes les informations nécessaires à ce sujet avant de s’engager dans un tel projet. Découvrez-les sans plus tarder !

crédit photo : Couvreur Montréal

L’isolation des combles : Choisir la bonne solution d'isolation

Après avoir confirmé que votre grenier est scellé et hors d'air, vous devez choisir l'isolation. Il existe de nombreux types d’isolation comme la fibre de verre, la laine minérale ou le coton, ou encore la mousse en spray.

D'après Toitures Eminence, trois facteurs principaux sont à prendre en considération pour choisir son isolation : la valeur R souhaitée, l'espace disponible et le coût de l'isolation. La valeur R est la cote de résistance thermique du matériau isolant, habituellement par pouce de matériau. Ainsi, plus la valeur R est élevée, meilleure est l'isolation. Cette valeur R requise pour l'isolation des combles varie d'une juridiction à l'autre.

Le bardage, une isolation par l'extérieur

L'isolation thermique des murs extérieurs (ITE) est obtenue en installant l'isolation sur tous les murs extérieurs. Cet isolant est enduit ou effectué en bardage sur le côté. Cette méthode d'isolation thermique assure une étanchéité à la pluie, élimine les ponts thermiques et réduit les travaux de construction. Dans le cas d'une réhabilitation, l'ITE permet une isolation thermique et une rénovation, de façon simultanée, sans intervention dans les zones occupées.

L'isolation thermique extérieure est une solution particulièrement adaptée pour améliorer l'isolation thermique des bâtiments, car elle élimine la plupart des ponts thermiques grâce à l'homogénéité complète de la structure, la stabilité et l'homogénéité des températures entre le jour et la nuit, ainsi que l'été et l'hiver. Elle réduit également les différences de température, c'est-à-dire les mouvements différentiels et les contraintes hygrothermiques. Cette protection des structures contre les chocs thermiques et l'exposition agressive à l'eau augmente l'inertie thermique et contribue à la durée de vie utile du bâtiment.